Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Nous avons vu la semaine dernière que le Voyage du Héros est un processus initiatique qui nous entraîne sur le chemin de la quête de soi. C'est un parcours qui nous interroge sur notre vraie richesse, celle qui est à l’intérieur. C’est aussi ce qui a servi de base à la plupart des grands récits héroïques transmis par la littérature, et maintenant le cinéma.


Christian - Bonjour Alexis, je me réjouis de ce nouvel échange entre nous. Notre premier échange m'a mis l'eau à la bouche. C'est comme un apéritif qui ouvre l'appétit.


Alexis - Salut Christian. C'est tout à fait ça et c'est une très bonne introduction pour notre propos d'aujourd'hui. La première étape du Voyage du Héros s'appelle "L'appel"


Christian - Comme l'appel du large pour les marins ! Je connais bien.


Alexis - Oui, c'est ton côté skipper qui ressort. En général, l'histoire du personnage commence par une vie un peu calme. Le Héros est soit un peu endormi sur ses lauriers, soit en proie à une vie assez insatisfaisante, problématique. C'est Bilbon, le Hobbit, tranquillement installé dans son trou de Hobbit lorsque Gandalf vient le chercher. C'est aussi Parker, qui galère dans sa vie, avant de se faire piquer par l'araignée et devenir Spiderman.


Christian - Parmi mes clients, j'ai en effet des gens qui s'ennuient un peu au travail et qui voudraient en changer pour un métier qui leur corresponde mieux. Mais j'en ai aussi qui ont un bon job et qui se plaisent à l'exercer. Pour eux, la question n'est pas professionnelle, elle est plutôt une histoire de cohérence intérieure. Ils viennent car ils trouvent que leur vie n'est pas tout à fait alignée avec leurs aspirations plus profondes. Ils voudraient changer quelque chose pour se sentir plus aligné entre leurs aspirations et leurs choix de vie.


Alexis - Oui, le point de départ peut être celui-là. C'est un appel que l'on sent parfois confusément au fond de soi. Une petite voix qui susurre des trucs encore incompréhensibles, mais qui insiste et insiste encore. Tu te souviens, dans Harry Potter, dans le premier épisode, c'est l'invitation à se rendre à Poudlard qui arrive par courrier. Une fois, puis deux puis, comme l'invitation n'est pas bien accueillie par l'oncle d'Harry, elle devient plus insistante et les enveloppes se mettent à pleuvoir. C'est ce genre d'appel. Il revient tantque l’on ne le prend pas en compte.


Christian - Dans nos coachings, on commence toujours par interroger la question de l'objectif que le client poursuit. C'est souvent ce qui motive la personne à se faire accompagner. On voit bien que si parfois la demande est claire, parfois ce n'est pas du tout le cas. Et c'est cela qui justifie aussi pleinement l'accompagnement, c'est que la personne a vraiment besoin d'une écoute, d'un questionnement bienveillant pour discerner ce qui se manifeste en elle.


Alexis - Et c'est parfois en fin de coaching que le client comprend finalement ce qui est son objectif. Ca m'a toujours fasciné de voir que dans certains cas, tout le processus de coaching consiste - " seulement " - à comprendre où est le problème. Et pour s'apercevoir qu'il n'y en a pas, en fait. Où qu'il n'est pas du tout l’obstacle insurmontable que l'on s'imaginait au départ. C'est fou comme on se crée nos propres problèmes tant nous sommes convaincus, que la vie ne peut pas être aussi simple et abondante que nous le voudrions ! Pourtant elle l'est… Donc voilà notre personnage en proie avec un appel plus ou moins conscient, plus ou moins profond.


Christian - Ah oui, la profondeur ! J'ai remarqué qu'il y a plusieurs niveaux dans la quête. Avec le temps, on n'est pas forcément en quête des mêmes choses selon les étapes de notre vie. Ce qui pouvait être une quête à un moment de la vie devient moins important avec la maturité. La manière dont nous exprimons nos talents, c'est la même chose.


Alexis - Il y a tellement de facteurs qui conditionnent nos aspirations et nos choix... C'est pour ça qu'il n'y a pas d'âge pour s'intéresser à ce Voyage du Héros, car ce qui allait de soi pendant des années, peut devenir très inconfortable par la suite. C'est un peu ce que nous sommes nombreux à ressentir en ces temps de transition. Nous avions des habitudes, une sorte de confort et surtout beaucoup de certitudes sur plein de choses. Et voilà qu'à travers les scandales sanitaires, politiques, économiques, écologiques que nous vivons actuellement, on se rend compte que l'essentiel n'est pas là où nous le situions. Une nouvelle quête d'équilibre se faire ressentir, nos illusions tombent les unes après les autres. C'est un nouveau Voyage du Héros qui commence, plein d'incertitude et ô combien effrayant car il nous invite à faire le chemin d'un plus grand détachement. C'est ce que je perçois de ce qui se passe aujourd'hui : nous sommes appelés à faire une véritable transmutation de nos peurs en espérance et de notre recherche de sécurité extérieure en solidité intérieure. C'est une chance, une espérance géniale, mais ça fait peur ! Tu n'as pas peur toi ?


Christian - Si bien sûr, cela en réactive certaines. Mais j'ai la foi en la vie et je sais que nous sommes sur le bon chemin. Je perçois qu’il y a la lumière pas loin, c'est sûr. C'est ça que je dis toujours à mes clients. Tu vois, à cette étape, j'accompagne la personne à comprendre que des appels on en reçoit en permanence, comme des stimuli. Je l'invite à distinguer les bruits, les signaux, ce qui l'appelle et ce qu'elle se raconte. C'est mettre de la conscience sur cette notion d'appel que nous propose la vie. Il y a aussi les synchronicités, les événements marquants. Ce n'est pas toujours facile de s'y retrouver parmi tout ça. Cela peut être un appel interne, ou un appel externe.

C'est aussi, et on le verra plus tard, reconnaître que des fois l'appel, il n'est pas là où on le croyait. Par exemple, je me souviens du cas de Julie.


Au départ sa demande était de savoir si oui ou non elle devait accepter le poste prestigieux qu'on lui proposait alors. On aurait pu croire que l'appel était de faire l'effort de monter en responsabilité. Mais en fait, au fil du chemin, on s'est rendu compte qu'au-delà de cette dimension, il y avait autre chose qui faisait bien plus peur à Julie. Il s'agissait pour elle de lâcher le confort de son précédent travail pour accepter une certaine insécurité. Le challenge n'était pas de savoir si le nouveau poste offrait ou non suffisamment de garantie, mais de savoir si Julie avait assez de force intérieure pour se sentir elle-même en sécurité quoi qu'il arrive. Elle ne l'a pas compris tout de suite. Il a fallu quelques étapes ou épreuves... Et puis elle a fini par comprendre que ce qui la rendait insécure c'était simplement de ne pas avoir en conscience que la seule solidité est intérieure. Rien ne peut nous arriver tant que l'on est en contact avec nous-mêmes et notre dimension divine.


Il y a aussi l'exemple d'Isabelle. Son contexte, c'est un job technique, elle a fait plein de formation et rêve de créer son cabinet de massage Ayurvédique. Elle aimerait pouvoir apporter ça dans son entreprise. Mais elle croit que l'entreprise n'y est pas favorable. En même temps le DRH a changé. Le nouveau se révèle très ouvert à l'idée que le bien être des gens est très important. Ainsi dans son prologue, les protagonistes changent. L'appel est celui de la vie qui ouvre une potentialité. Finalement l'offre de l'entreprise est de créer un partenariat avec Isabelle pour lui permettre de développer son projet en intraprenariat. Une belle aventure démarre !


Alexis- Bonne chance à elle. Si tu veux bien, nous pourrons, la semaine prochaine poursuivre le chemin avec la seconde étape du voyage du Héros. Il s'agit du Refus de l'appel. Car oui, parfois, c'est dès le départ que le Héros doit montrer sa détermination.

Bonne semaine Christian.


Christian - Bonne semaine Alexis.


Prochain épisode le 15/12

Retour au Sommaire / Episode précédent : Le Prologue